MUSEES-CENTRE
LES MUSEES DE BALI - THE MUSEUMS OF BALI

LE VILLAGE BALINAIS

 
 

Les vieux villages de montagne sont disposés ainsi : leur tète (sources sacrées, temples, maison du chef) du côté de la montagne sacrée, et leurs jambes (cimetière, temples de la mort) du côté de la mer.
Ces villages sont généralement de forme linéaire et nombre d’entre eux sont traversés par une sorte de colonne vertébrale constituée de maisons longues.
Dans les plaines fertiles et sur la côte, le village traditionnel linéaire des Bali /lga (les Balinais d’origine) a évolué, surtout depuis l’ère lajapahit IV siècle), époque à laquelle il s’est protégé du monde extérieur par des murs d°enceinte. Le marché se situait au carrefour principal ou sur une sorte de place appelée barizciiaga/1.
À partir du X » siècle, quand la culture javanaise d”inspiration hindoue est apparue à Bali, des palais fiarent édifiés dans les villages les plus importants, ainsi que des temples consacrés aux dieux Brahnia, Shiva et Vishnou. De nos jours, le village balinais est un ensemble homogène où le temple, les habitants et le palais sont intimement liés, comme autrefois les bourgs de l’Europe médiévale.
Tous les villages ont un Banjar, un quanier attenant qui abrite le wanfila, Vaste bâtiment communautaire en bois dur réservé aux réunions, débats, répétitions de gamelan (ensemble instrumental traditionnel) et prépaiations des crémations. Les wantílan, souvent entourés de banians, ont longtemps été les structures traditionnelles les plus imposantes de l”île. Aujourd’hui, malheureusement, ils sont rarement construits avec les matériaux traditionnels, sauf quand ils font partie cl”un hôtel.
Depuis les années 1970, les Balinais apprécient davantage les bâtiments en béton. Chaque wa/m’lmz possède un leulleul ou Grand tambour de bois formé d’un long tronc d’arbre évidé, pour battre le rappel. Le cimetière du village, ou plutôt la place de crémation, se trouve en général au milieu d”arbres géants, près du << temple des
morts ››, le pura panjapatí, qui marque généralement le kelo (l’extrémité du village, orientée vers la mer.
Certains des villages de montagne  comme Bayunggede et Belantih sont constitués de rangées de cabanes au toit pointu en bambou. Les temples, d”ordinaire petits et discrets, sont édifiés dans des impasses.
L’environnement du village balinais est particulièrement pittoresque : banians géants sur la place, frangipaniers et cocotiers le long des routes et devant la porte des maisons élégantes, et parfois, des bains communaux.
La plupart des villages sont entourés de rizières, ou, selon les régions, de vergers et de pâturages.